Les enjeux

Les usages d’alcool, de tabac, de médicaments psychotropes et de drogues illicites se transforment 

Nouveaux consommateurs, nouveaux produits, nouvelles prescriptions, nouvelles fonctions… Conséquence : les interventions de prévention et de réduction des risques en milieu professionnel ne peuvent se développer efficacement sans s’enrichir de connaissances actualisées.

La question des usages de psychotropes des professionnels, des interrelations entre le travail et ces usages, est une priorité des politiques publiques. Les sciences du travail constatent qu’elle l’est avec une analyse issue principalement de l’addictologie médicale et du droit. Sur le terrain, situant la problématique à l’interface de la vie privée et de la vie professionnelle, cette analyse engendre une complexité réelle.

 


Une problématique complexe

Une partie très importante des acteurs économiques – employeurs, représentants des salariés et services de santé au travail – ne savent pas comment agir, considérant qu’il s’agit avant tout d’une question de santé individuelle.
Et pourtant, en pratique, les mêmes acteurs, régulièrement confrontés à des situations-problèmes professionnelles, continuent à chercher des moyens d’action efficace.

Les recherches en sciences humaines et sociales

Où en est-on des recherches en sciences humaines et sociales ?
  • 1re tendance : l’approche qui décrit les comportements en les incarnant exclusivement dans des catégories de risques ou de personnes à risques semble dépassée.
  • 2e tendance : la tendance est plutôt à appréhender ces problématiques dans leur continuité.
  • 3e tendance : analyser leurs interactions avec les champs et les objets sociaux, et notamment le travail, dans un système d’activités et de santé.

Notre ambition

Le Congrès Travail, santé et usages de psychotropes 2017 veut instruire les relations entre les activités professionnelles, l’organisation du travail, les usages de psychotropes et la prévention.
À cette fin, notre angle d’analyse se concentre davantage sur la nécessité de conceptualiser différemment les difficultés et les risques liés au sujet. Notre vocation : repérer les acteurs les plus pertinents sur ces questions et les transformations les plus appropriées à mettre en œuvre.
Le dialogue entre chercheurs, praticiens et acteurs du secteur économique – addictologues, employeurs, salariés, équipes pluridisciplinaires de santé au travail, préventeurs –, posé comme cadre de ce congrès, doit permettre de :
  • Valoriser autrement les connaissances existantes
  • Développer de nouvelles stratégies d’intervention et de recherche sur les usages de substances psychoactives et le travail.