Heliete Karam

Heliete Karam

helietemaria@gmail.com

Biographie

Heliete Maria Castilhos Karam est psychologue et psychodynamicienne du travail au Brésil. Elle s’intéresse aux interrelations entre le travail et les usages de psychotropes, d’alcool notamment. Elle a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur cette question dont, en français : « La consommation pathogène d’alcool comme idéologie défensive de métier » (Nouvelle revue de psychosociologie, N°21, Erès, 2016) ou « Travail, souffrance, silence. Analyse psychodynamique et nouvelles orientations thérapeutiques de l’alcoolisme » (Thèse en psychologie du travail, sous la direction de Christophe Dejours, Cnam, Paris, 1997).

 

Focus sur l’article « La consommation pathogène d’alcool comme idéologie défensive de métier » (Nouvelle revue de psychosociologie, N°21, Erès, 2016)

L’action en santé dans le domaine des substances psychoactives reste un défi pour les intervenants. Au Brésil, elle se heurte à de graves obstacles, notamment à la résistance des usagers, retranchés derrière les systèmes défensifs pathogènes – ce qui devient une source de souffrance pour ces intervenants. À partir de la méthode clinique en psychodynamique du travail, cet article reprend comme objet de ses analyses le rôle de la consommation d’alcool comme idéologie défensive de métier et cherche à dévoiler la dramaturgie ouvrière brésilienne où l’addiction à l’alcool ne se résume pas à un syndrome ou à une maladie. Elle est aussi une résistance-symptôme et si sa syntaxe n’est pas prise en compte par un diagnostic qui différencie ladite résistance et l’alcoolisme, suivi d’une action qui laisse parler le symptôme, on surmontera difficilement le recul de nos politiques de santé.

https://www.cairn.info/revue-nouvelle-revue-de-psychosociologie-2016-1-page-99.htm

 

Focus sur la thèse « Travail, souffrance, silence. Analyse psychodynamique et nouvelles orientations thérapeutiques de l’alcoolisme » (sous la direction de Christophe Dejours, 1997, Cnam, Paris)

A partir de son expérience clinique dans le domaine de l’industrie pétrolière brésilienne, l’auteur revient sur son action et mène une étude psychodynamique du rapport entre l’alcoolisme et les conduites alcooliques en milieu de travail, ou le silence était le centre d’une souffrance typiquement ouvrière. Intégré à l’organisation du travail, le circuit de cette souffrance passait par le foyer familial, ou femme et enfants étaient sollicites. L’auteur s’appuie sur la théorie en psychodynamique du travail, pour laquelle la notion de résistance au change, ment renvoie a une forme de résistance organisée pour lutter collectivement contre la souffrance de façon a permettre que les taches prescrites par l’entre, prise soient accomplies. L’auteur montre que l’alcool se présente comme un des moyens – peut-être même le plus puissant d’entre eux – mobilises par les sujets pour résister aux effets pathogènes des contraintes de travail. L’alcoolisme apparaît comme partie intégrante d’un système de représentations dont l’interprétation est impossible sans passer par l’analyse du travail et des liens entre le travail et hors-travail. Aussi, les interventions sur l’alcoolisme et sa prévention primaire en milieu de travail doivent-elles être repensées, ce qui permet d’envisager de nouvelles voies thérapeutiques.

http://www.theses.fr/1997CNAM0282

 

Focus sur l’article « Le travailleur alcoolique et le système d’évaluation de la performance au travail : une dramaturgie » (Revue Travailler, vol. 25, no. 1, 2011, pp. 73-84).

Cet article présente le cas d’un accident du travail ayant eu lieu dans une compagnie pétrochimique brésilienne. En raison de la complexité de l’événement, il ne délimite comme objet principal d’analyse qu’un seul de ses divers aspects : « le rapport » entre l’employé alcoolique, destiné à rester perpétuellement au bas de la courbe de l’évaluation annuelle des travailleurs et cause directe de l’accident, et les autres employés de l’entreprise. Cet accident a causé d’importants préjudices à l’entreprise, a fait subir de sérieux dommages à l’environnement et a mis en danger la vie des travailleurs et de la communauté. Toutefois, grâce à une certaine façon de travailler avec la parole, proposée par l’auteure, cet accident a entraîné la création d’un espace de discussion qui, à long terme, a transformé l’organisation du travail et le modèle d’évaluation des travailleurs.

http://www.cairn.info/revue-travailler-2011-1-page-73.htm

 

Toutes les sessions par Heliete Karam