Marie Ngo Nguene

Biographie

Marie Ngo Nguene est Doctorante en sociologie dans le laboratoire Institutions et dynamiques historiques de l’économie et de la société (IDHES) de l’Université Paris Nanterre.

Ses recherches et sa thèse portent sur les interrelations entre le travail et les usages de psychotropes, notamment dans les bars-restaurants et les chantiers du bâtiment. Dans le cadre de ses travaux, Marie Ngo Nguene a été lauréate du financement de recherche Prevdrog de la MILDECA, l’EHESS et Paris XIII.

 

Focus sur la thèse « Tabac, alcool, cannabis, cocaïne : les consommations de substances psychoactives sur le lieu de travail. Les cas des  salariés des bars-restaurants et des chantiers du bâtiment » (en cours, sous la direction de François Vatin).

Cette recherche sociologique, essentiellement qualitative, traite des liens entre consommations de produits psychoactifs et milieux professionnels. S’il est primordial de ne pas nier les risques associés à ces pratiques sur le lieu de travail, mieux les caractériser permet de sortir de leur mesure purement quantitative et d’une vision essentiellement pathologique pour une connaissance affinée des usages réels. Nous nous proposons donc de réexaminer la définition des pratiques de consommations comme maladie ; de mettre en évidence les formes différenciées d’usages d’alcool, de tabac, de cannabis et cocaïne des salariés des bars-restaurants et chantiers du bâtiment ; de déterminer en quoi elles peuvent constituer des normes admises dans ces milieux. Notre approche s’inscrit dans les travaux qui analysent les consommations de produits psychoactifs comme ayant, au moins en partie, pour origine l’environnement de travail. Pour autant, cette perspective n’exclue pas les caractéristiques extrinsèques au travail, tels que l’effet de génération, l’âge, le statut matrimonial ainsi que les origines sociales et culturelles de celles et ceux qui exercent une activité rémunérée. Nos analyses prennent donc conjointement en compte, les conditions de travail proprement dites (travail de nuit dans le secteur bar-restauration, pénibilité physique dans les chantiers du bâtiment, par exemple) ; les dynamiques sociales et culturelles des usages de substances psychoactives, leurs propriétés physiques et chimiques ; les caractéristiques sociales des salariés, examinés à travers leurs trajectoires personnelles et professionnelles, en prenant en compte les effets d’âge et les effets de génération.

Dans le cadre de cette recherche elle a notamment publié : « Les formes différenciées d’usages de produits psychoactifs au travail : les cas des bars-restaurants et des chantiers du bâtiment » (De Boeck supérieur, Psychotropes, 2015/1 vol. 21 | pages 77 à 95). http://www.cairn.info/revue-psychotropes-2015-1-page-77.htm

Toutes les sessions par Marie Ngo Nguene