Renaud Crespin

Renaud Crespin

Biographie

Renaud Crespin est Chercheur CNRS au Centre de sociologie des organisations de Sces Po depuis avril 2014. Précédemment il est Chercheur CNRS au Centre de recherches sur l’action politique en Europe (CRAPE, Université de Rennes I) (2007-2014).

Les travaux de Renaud Crespin articulent trois perspectives d’analyse : la sociologie de l’action publique, la sociologie des sciences et des techniques et la sociologie du travail. Ses recherches interrogent les processus de rationalisation de l’action publique dans les domaines de la santé et de l’environnement. Ils portent principalement sur la comparaison des processus d’instrumentation des politiques de prévention (dépistage, sélection des donneurs de sang) dans différents espaces d’activités (don du sang, lutte contre le VIH/SIDA, prévention routière, lutte contre les drogues, travail) et sur le rôle des expertises technico-scientifiques dans la construction des problèmes publics de santé, notamment au travail.

Renaud Crespin est l’auteur de nombreux articles et ouvrages dont :

« Se doper pour travailler ? (R. Crespin, D. Lhuilier, G. Lutz, dir.), Collection Clinique du travail, Éditions Erès, 350p (2017)

« Le sens des mesures. Usages et circulation des chiffres dans la définition du problème public des drogues au travail », Psychotropes, Septembre 2015, dans le dossier : Travail, santé et usages de substances psychoactives), vol. 21, n° 1, pp. 35-54.

« Les fonctions ambivalentes de l’alcool en milieu de travail : bon objet et mauvais objet », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 2015, vol. 3, n° 107, p. 375-401.

« Entre science, technique et politique. Le dépistage des drogues dans les entreprises américaines », Juin 2012, Archives des Maladies Professionnelles et de l’Environnement, vol.73, n° 3, p. 485-488

« Peut-on sortir de la méconnaissance des effets du travail sur la santé ? « Dépistage », in : E Henry., C Gilbert., J.-N Jouzel. et P Marichalar., Dictionnaire critique de l’expertise : santé, travail, environnement, Paris, pp. 107-114, Presses de Sciences Po, Septembre, 2015.

« Quand l’instrument définit les problèmes. Le cas du dépistage des drogues aux États-Unis », in : Gilbert C. et Henry E. (dir.), Comment se construisent les problèmes de santé publique ?, Paris, p. 215-236, La Découverte, Novembre, 2009.

Quelques pistes de réflexion pour les sciences humaines et sociales », in : Cahiers Risques Collectifs et situations de Crise, Santé au travail. Quels nouveaux chantiers pour les sciences humaines et sociales ?, Grenoble, n° 9, pp. 253-263, Publications de la MSH-Alpes, Juin, 2008

De la prévention à la répression, carrière et régulation des tests de dépistage des drogues, étude comparative France – États-Unis, Rapport de recherche pour la Mission Interministérielle de lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT), 158 p., 2004.

 

Focus sur l’ouvrage « Se doper pour travailler ? (R. Crespin, D. Lhuilier, G. Lutz, dir.), Collection Clinique du travail, Éditions Erès, 350p (2017https://www.editions-eres.com/ouvrage/4032/se-doper-pour-travailler

Cet ouvrage collectif qui associe universitaires, chercheurs, syndicaliste et acteurs du soin et de la prévention entend éclairer sous un nouveau jour les liens multiples entre travail, usages de substances psychoactives, santé, prévention et action publique. A contrario des ouvrages qui privilégient le repérage, le dépistage et le soin des personnes usant ou abusant de substances psychoactives, cet ouvrage collectif entend éclairer les fonctions professionnelles de ces usages de produits, licites ou illicites. Il entend rompre avec la tendance dominante à assimiler usage et conduite addictive, et remet en cause nombre d’affirmations répétées telles que « ces consommations sont risquées pour la santé et la sécurité », « elles nuisent à la production »… Tout au contraire, les auteurs montrent qu’elles peuvent prévenir d’autres risques au travail, et être, dans certaines conditions, des instruments de la production.

 

Focus sur l’ouvrage « Le sens des mesures. Usages et circulation des chiffres dans la définition du problème public des drogues au travail », Psychotropes, Septembre 2015, https://www.cairn.info/revue-psychotropes-2015-1-p-35.htm

Cet article revient sur le rôle des chiffres et des statistiques dans le processus de définition publique du problème de l’usage de drogues au travail en France. Lors de ce processus, des approches différentes ainsi que des conflits sur la définition de l’addiction ont fortement clivé l’espace des autorités publiques chargées de réguler tant le problème que le recours au dépistage biologique comme une des solutions techniques pour y répondre. Or, malgré les difficultés pour évaluer et spécifier les risques associés à la consommation de drogues au travail, des chiffres et des statistiques ont circulé dans l’espace public. Interroger le sens des usages de ces données chiffrées dans différents espaces (politique, expertise, administratif, médiatique) permet de mettre en évidence leur dimension rhétorique pour accréditer publiquement de l’existence, de la pertinence mais aussi de l’ampleur des risques comme de la nécessité de dépister pour les prévenir. Sans prétendre se faire l’arbitre des élégances statistiques, notre analyse porte sur la façon dont des données chiffrées « floues » ont participé à cadrer le problème public des drogues au travail.

Toutes les sessions par Renaud Crespin